Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


Ames Soeurs (Note de mise en scène)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


« AMES SOEURS nous a secoués, nous avons secoué « Ames Soeurs » dans tous les « sens ». D’une part ce texte en est si riche que mon travail a justement été d’ouvrir, d’ouvrir encore, d’ouvrir sans cesse, de déplier à l’infini tous les champs de significations possibles et d’autre part c’est bien à partir des « sens » exacerbés des acteurs que nous avons procédé à cette patiente élaboration du spectacle. Labeur qui tenait à la fois autant du travail de terrassier par son engagement physique que de la minutie de l’archéologue par l’attention constante qu’il nécessite. Ce texte est écrit avec de la chair et du sang, il palpite, c’est cela que j’ai demandé à mes acteurs de palpiter comme un coeur, de trouver en eux, à deux, la constante vibration de ce texte qui va bien au-delà de la simple histoire d’amour. Et David et Angelique n’ont jamais dit non, cette intensité ils l’ont trouvée.
Enzo Cormann nous convie à un festin, celui des âmes et des corps mais ce sont les protagonistes qui de trop s’aimer s’entredévorent. Et il nomme dès le premier acte ce qui malgré l’apparente fusion des débuts minera l’histoire jusqu’à la déflagration finale: Tout de moi et rien de l’autre. L’égoïsme, donc. Le désir puissant de ne faire plus qu’un (acte deux : « deux font un » dit Ash) va se briser sur l’ironie de la vie qui fera de Margot une star et de Ash un écrivain raté et amer, désespéré, alors qu’il est l’architecte de sa renommée à elle. L’injustice, donc.
J’ai voulu donner à la musique une place importante : Elle renforce l’ambiance des films noirs qui me semble à l’oeuvre au début du spectacle, elle souligne parfois l’émotion violente d’un des personnages, elle joue avec eux et permet des respirations lors des enchaînements.
Le décor est évocateur, il ne doit pas enfermer l’imaginaire des spectateurs. Certains indices laissent à penser que du début à la fin la pièce est peut-être en train de s’écrire et que nous sommes dans la tête de Ash (alias Enzo Cormann ?). L’espace scénique est un terrain de jeu et un champ de bataille, il ne doit pas être encombré mais permettre au public de situer l’espace de départ (bar, chambre, loge) et aux acteurs d’être libres de leurs mouvements et de leurs inventions. Les costumes évoluent avec la situation sociale des personnages, ils en sont l’indicateur (petite robe du soir bon marché pour Margot au 1er acte et vêtements sobres mais très classes au dernier, costume un peu négligé mais en réalité coûteux pour Ash dans le 1er acte et chemise élimée au dernier).
Nous utiliserons plusieurs fois des images projetées, elles représentent le passé que les personnages revisitent ou bien encore la possibilité de Skyper. Ash et Margot sont bien des héros d’aujourd’hui (de ce point de vue Cormann est sans doute visionnaire). »
Claude Viala

« ENTRE LE MONDE ET TON REVE DU MONDE, IL Y A LE THEATRE C’EST PRECISEMENT PARCE QUE NOUS CIRCULONS DANS CETTE ZONE FRANCHE QU’EST LE THEATRE QUE NOUS POUVONS ENCORE DIRE QUI NOUS SOMMES. »
Enzo Cormann (Ames soeurs, acte 2)


La Manufacture des Abbesses

7 rue V�ron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


Ames Soeurs

Note de mise en scène

Th��tre Pi�ce: Ames Soeurs

Les jeudis et samedis à 21h
Les dimanches à 17h