Théâtre La Manufacture des Abbesses

Théâtre à Paris - La Manufacture des Abbesses


La Baie de Naples (Quelques commentaires)


Création site Internet pas cher Paris par Netalapage


« Raz de marée sur le théâtre ! Une vague nouvelle, déferlante, sur les idées reçues ! La scène réfléchit pour nous, et nous réfléchit, nous, les « gens d’en face », spectateurs de nous-mêmes…
Intéressante expérience pour un(e) comédien(ne) que ce match d’improvisation avec texte su, qu’être aussi, du début à la fin, entraînés dans un rythme endiablé, et toujours sur le qui-vive ! Ce travail exige une énorme concentration, car il s’agit d’actions simultanées. C’est un délice pour le comédien de s’annihiler, de devenir personne, ou d’être un être universel dans lequel chacun se reconnait. L’absurdité des situations témoigne d’une folie du quotidien : on a tous prononcé au moins les trois quarts des phrases qui se disent sur le plateau, ces lieux communs, ces formules de politesse sur le froid et le chaud, la pluie et le beau temps. Il est donc amusant de se trouver acteur, mais aussi spectateur de soi-même. C’est si bon de rire de soi ! Je suis sûre qu’on en sort meilleurs ! Le théâtre, c’est bien fait pour ça, non ? »
Catherine Salviat, sociétaire de la Comédie Française

« Le génie du théâtre de Dragutin est de s’approprier le rythme et la cadence des murs caractéristiques de la civilisation urbaine et française, pour construire ses partitions chantées par d’infernales et cliquetantes machines à coudre. Les convives de La Baie de Naples paraissent frappés par le syndrome de La Tourette. Cependant, à la différence des malades de ce médecin de l’hôpital de la Salpêtrière, élève de Charcot, la frénésie compulsive qui les saisit ne les pousse pas à proférer des insanités en cascade. Ils vomissent des débris de poncifs entrecoupés d’éclats d’émotion. Ils n’écoutent pas, ils ne voient pas, ils ne hument pas, haletants, possédés, frénétiquement conformistes, enivrés par le rien.
Dragutin rompt les digues de la banalité et de la juste mesure des théâtres où l’on dort. Il s’emballe, coupe le souffle et atteignant enfin la démesure provoque un étrange plaisir fait d’éveil, d’inquiétude et d’insoumission. »
Jean-Marie Pradier, professeur des universités, co-directeur du département d’Etudes Théâtrales de Paris VIII

« Le théâtre de Joël Dragutin relève d’un triple défi : d’abord, il se nourrit pleinement de notre époque (société dite de consommation, puis de communication, invasion de la publicité, mythologie du bonheur et de la réussite, etc…), ensuite il accepte pleinement la matière spécifiquement théâtrale qui est langage dialogue et discours et les jeux de la scène, enfin, il dégage une critique cohérente de la société à travers ses représentations et discours. Voilà pourquoi nous avons affaire à un théâtre vivant, en prise sur son temps, où convergent le fond culturel et la forme théâtrale. Il s’agit donc bien là d’une large proposition théâtrale aboutie, d’une uvre critique cohérente, d’un mode d’accès privilégié aux aliénations contemporaines. Et le théâtre dans sa globalité, revitalisé, y gagne en puissance euristique. »
Pierre Corcos, Critique de théâtre, dramaturge


La Manufacture des Abbesses

7 rue V�ron, 75018 Paris - 01 42 33 42 03 - contact

 


La Baie de Naples

Quelques commentaires

Th��tre Pi�ce: La Baie de Naples

Du 5 janvier au 19 février 2017
Jeu 21h
Ven 21h
Sam 21h
Dim 17h